Paysages

À part les impressions fugaces des rencontres de passage, comme les familles sur les scooters (que je n’ai jamais réussi à capturer en photo) que je trouve attendrissantes, je me disais que cette façon de se déplacer, collés les uns contre les autres par la force des choses et le siège du vélomoteur, partageant le même équilibre et partageant les mêmes cahots ou le même chaos devait aider à la cohésion familiale. Ils passent du temps ensemble sous le porche de la maison, ils mangent à même le plat commun, ils dorment dans la même pièces. Et j’entendais dans leur rire à l’unisson de nous voir passer ou dans le même plaisir à nous dire, jeunes et vieux confondus, des « hellos » enthousiastes, j’entendais les plaisirs simples partagés d’un événement très inhabituel venant alimenter la conversation pour les jours à venir.
Il y a aussi les temples, ceux-là modernes dans leur construction si ce n’est dans les croyances associées. Ils sont omniprésents au bord de la route ou dans l’arrière-plan visibles alors uniquement par un portail à l’or étincelant au milieu de la boue.

Mais ce que j’aime par-dessus tout, ce que j’aime chez nous, ce que j’aime quand je vais ailleurs, ce sont les paysages, la simple nature tapissant aux quatre coins cardinaux sa toile dans une simplicité grandiose.
Souvent l’homme abîme, détériore, transforme, plus souvent encore il détruit et parfois, subjugué, il ne peut s’empêcher de préserver.

Lumières d’Asie
Eau

One thought on “Paysages

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: