L’écume des fraises

un cul de poule plein

un cul de poule plein

 

L’écume, c’est la frange supérieure de la vague, c’est la sueur du cheval qui a travaillé fort, c’est la mousse sur la confiture de petites fraises des bois.

Cela m’a pris pas loin de 3 heures pour ramasser 1,5 kg de fraises sur mon terrain. Ce n’est pas que le terrain est si grand qu’il faille trois heures pour en faire le tour! Bien au contraire, les fraisiers étaient concentrés sur 5 m2, mais c’est tout petit, ces cochonneries-là.

J’ai commencé par en ramasser un peu pour me faire un smoothy, mais quand, le cul de poule à commencer à se remplir, je me suis dit que ce serait une bonne idée de voir si je ne pourrais pas faire des confitures. Et plus j’en ramasser, plus j’en voyais. J’avais beau ramasser tout ce que je voyais devant moi, je me rendais compte, après coup, que j’en avais écrasé sur mon passage.

Le premier saladier, je l’ai ramassé à la va-vite, avec les queues puisque, d’après La Grande, il faut laver les fraises avec la queue pour ne pas que l’eau s’immisce. Mais l’expérience de reprendre les fraises, une par une,  ne m’a pas convaincu que c’était la bonne façon de faire. Donc, au deuxième, j’ai cueilli “propre”!

Par contre, mon gros fait-tout était trop gros pour une si petite quantité. Les fruits ne font pas assez de liquide et il est impossible de retirer les fruits.

Mais le résultat est excellent.