Gratuité

Si c’est gratuit, c’est meilleur.

Eh bien aujourd’hui, ce n’était pas tout à fait , mais c’était quand même,, pas mal bon.

La vérité, c’est que j’avais prévu des lasagnes, mais je n’avais pas de cheval… Non, je rigole, je n’avais pas de lasagnes! Pensant en avoir encore, j’avais oublié les pâtes. Heureusement, j’avais un paquet de manicotis, cadeau antérieur de notre supermarché préféré. Cette semaine, la gracieuseté, c’était des mouchoirs en papier, je ne suis pas sûr que même avec beaucoup de coriandre, j’aurai réussi un plat italien.

Donc, manicotis à la viande pour tout le monde. Je dois quand même dire que je préfère largement les cannellonis, l’enveloppe est plus fine.

 

manicoti

 

Pâtes italiennes

Je ne pouvais pas ne pas mettre cette photo!

IMG_2967La petite fumée blanche s’échappe des pâtes en provenance directe de Rome. Non ce n’est pas une résurgence de la petite fumée blanche de la Basilique Saint-Pierre, le Pape n’est pas mort, vive le nouveau Pape.

Eh oui, la petite est revenue avec un paquet de pâtes pour sa mère, qui, comme tout un chacun le sait, est une bonne pâte. Merci Maman, pour ce beau voyage, il a plu mais cela fait de beaux souvenirs et de beaux plats de pâtes.

Je n’ai pas fait d’escalope milanaise, elle n’est pas allée à Milan. Je n’ai pas fait d’osso bucco et pourtant j’aime ça. Je n’ai pas non plus fait de plat vénitien, non j’ai fait un curry… Un petit curry de boeuf avec beaucoup de légumes en accompagnement des pâtes en forme de crosses sacerdotales, c’était de circonstance.

 

 

Pizza

Enfin une pâte à pizza qui gonfle comme le devrait la pâte à pain!

J’avais acheté de la levure de boulanger pour continuer mes expérimentations, mais le résultat de la dernière fois n’était toujours pas à la hauteur de mes espérances. Cette fois-ci, je m’étais juré à moi même de doubler les quantités parce qu’il me semblait que c’était la source du dernier échec, mais partir de 900 g pour aller à presque 2 kg m’a, soudain, semblé impossible. En fait, je devais avoir, à la réflexion, coupé les quantités en deux la dernière fois pensant que cela ferait trop. Doc cette fois-ci, je m’y tiens 900 g de farine pour 50 cl d’eau, un carré de levure, du sel et de l’huile. Le carré de levure, je le surdimensionne un peu aussi: il devait bien faire 4x3x2 cm! Comme la levure est congelée, je l’ai sortie le matin et laisser réchauffer à l’air libre. Donc je mets la farine dans un cul de poule et je commence à verser l’eau et à mélanger avec une cuillère en bois. Je délaye la levure et je l’ajoute tranquillement. Quand j’ai mis toute l’eau, la pâte n’est vraiment pas homogène et il reste beaucoup de farine agglutinée et plus encore qui est resté sèche. J’abandonne la cuillère pour y mettre les mains et homogénéise. C’est seulement à ce moment, là que j’ajoute le sel parce que j’ai lu qu’il ne faut pas que la levure entre en contact direct avec le sel. Je continue à pétrir pendant un bon 10 minutes pour avoir une belle pâte bien lisse. Ensuite je verse l’huile et la fais pénétrer.

Dernière étape, je laisse gonfler dans le micro-ondes que j’ai “réchauffé” au préalable en faisant chauffer une tasse d’eau. On fait bouillir l’eau 2 minutes, on retire la tasse, on met la pâte et on ferme la porte. Il semble que l’humidité dégagée suffise à créer l’atmosphère idéale pour faire lever la pâte.

>>> recette

pizza

pizza

Lasagna del giorno

Quand je vous dis que je n’ai plus mon libre arbitre !

Je rentre à midi et elle me dit : « je veux des lasagnes ».

Non en fait, elle dit : « peut-être qu’on pourrait avoir des lasagnes ». Mais elle le dit tellement bien que cela veut dire : « je veux des lasagnes ».

C’est quoi, cette histoire de lasagnes? On ne fait pas de lasagnes le midi que je sache ? En tout cas moi, je n’en ai jamais fait. Oui, je fais des bonnes lasagnes. Je fais les meilleures lasagnes de ce côté-ci de la rue, c’est sûr, mais le soir. J’ai toujours fait « lasagna della sera », les lasagnes du soir.

En plus, moi, je m’étais fait un petit film : la prochaine fois, je vais me faire mes pâtes à lasagnes moi-même. Je vais les faire amoureusement. Je vais les étirer doucement. Je trouve que les lasagnes du commerce sont un peu épaisses. Je les imagine plus fines. Je pourrais les faire avec une farine complète, ça ajouterait une nouvelle saveur à ma lasagne. Ou alors, les aromatiser pour faire ressortir le goût de la viande. Un soupçon de sauce tomate, ça donnerait de la couleur.

Parce que je n’ai plus le droit à la sauce tomate dans les lasagnes. Décret familial ! La grande n’aime pas ça. Je n’ai pas non plus le droit à la béchamel, trop lourd, trop gras, trop riche.

Chez nous, les lasagnes, c’est au plus simple, des oignons, du steak haché, des courgettes et c’est tout. Un peu de crème sur le dessus pour faire beau. Un peu de parmesan pour faire italien. Et voilà.

C’est pour ça, moi je me disais : je vais introduire de la diversité dans la lasagne. Je vais le faire subtilement. Je vais détourner l’attention avec une farce habituelle, mais des pâtes nouvelles. Je n’allais pas me lancer dans les pâtes à lasagne au roquefort, non quand même pas. Peut-être les pâtes au tabasco, ça oui, peut-être. Non, je voyais un truc genre : pâtes à lasagne au blé entier, tamarin  et soupçon de persil. Ça le fait, non ?

Stop ! Fini les rêveries. « Lasagna del giorno », c’est la commande !

Au bout du compte, c’est pour lui faire plaisir tout ça, alors autant les faire les meilleures possible, j’attendrai la prochaine fois pour le chef-d’oeuvre.

À table.

>>>> recette

 

Pizza N’importe quoi

Non, ce n’est pas la « pizza fourre-z-y-tout », c’est la « recette-n’importe-quoi ».

Vous n’y croyez pas à tout ce qu’il raconte, j’espère!

Vous n’en croyez pas un mot! Tout est faux! Rien n’est vrai!

La pizza 2-5 et puis quoi encore. C’est juste du bla-bla. C’est pour rire!

Regardez-la de près, cette recette, il n’y a même pas de sel.

Moi, j’y ai cru, j’ai refait la recette 2-5 et je me suis fait prendre. Ça ne marche pas. Deux cuillères à café et demie, ne pas oublier la demie, de levure! Il a fumé la moquette, le cuisinier. Deux cuillères à café et demie de levure c’est au moins 10 grammes, de quoi faire lever 1 kg de farine. Ce n’est plus une pizza, c’est une montgolfière que vous allez faire avec ces proportions-là. Ou alors, il fait la cuisine avec de la vaisselle de maison de poupée. Sa cuillère à café fait 2 cm de long et contient trois grains et demi. Sa balance affiche 1 kg pour le poids d’un biscuit sec. Mieux, il vit dans la Lune, il vit en apesanteur. Il n’a pas la même échelle de poids, de temps ni même de température.

Bon, on continue. Alors, deux cuillères à café et demie dans 250 ml d’eau, 25 secondes au four à micro-ondes. Ça ne fait rien. En 25 secondes, l’eau n’a pas le temps de chauffer. Moi, je vous le dis, il avait bu. Il a oublié le sel, mais il a oublié le sucre aussi. Il faut du sucre avec la levure sinon elle ne fleurit pas, elle s’étiole. Donc j’ai été obligé de le remettre deux ou trois fois les 25 secondes. À la fin, il y a eu un frémissement, un nuage, un soupçon de coloration au fond du bol. Là, j’ai arrêté de peur de cuire la levure.

Ensuite, 250 g de farine. Là, il ne s’avance pas trop. Moins, ça fait une plus petite pizza, plus, une plus grande; au bout du compte, ça fait toujours de la pizza. Patouiller, un peu d’huile et ça fait de la pâte. On laisse gonfler… Encore une fois, on laisse gonfler. Rien du tout, il ne se passe rien. J’ai attendu. Je suis venu. J’ai vu, mais je n’ai pas « gonflu » ! La pâte, elle reste plate.

Alors, je suis allé vérifier. Ailleurs, c’est pas mieux, il y en a qui disent: 250 g ou 300 g, avec des œufs, sans les œufs, avec de l’eau, pas d’eau, du vin, de l’huile, du poivre, du cumin, du safran, de la vergeoise, du caviar. Et puis quoi encore !

Même ça, c’est du flan. Rien n’est vrai. Ne croyez pas ce que vous lisez. Doutez!

Au bout du compte, elle est quand même bien belle, la pizza de ce soir. Pas assez cuite, mais ça, il n’avait pas dit.

À table!

 

Pizza 2-5

Cela fait plusieurs fois que je m’essaie à la pizza avec des résultats plus ou moins encourageants.

Je ne peux pas me mesurer à Pa qui a trouvé la recette magique et qui, de l’aveu même de Mam, semble atteindre le chef-d’oeuvre à chaque fois !

Donc j’ai tenté plusieurs fois. La première tentative eut un résultat pas tentant. J’avais suivi à la lettre les quantités indiquées, mais la pâte était lourde et grasse. Du coup j’ai changé d’ingrédients. J’ai essayé plusieurs types de levure et même, sans trop y croire, une espèce mutante, OGM du ferment, spécialement conçut pour les pizzas. J’ai eu des soupçons d’élévation, mais sans pouvoir atteindre le 7e ciel de la pizza.

Enfin hier j’ai réussi quelque chose d’approchant. C’était léger, aérien comme mon dernier coup de coeur : Ercole sul Termodonte, un opéra de Vivaldi. L’ouverture vous emporte vers les champs élyséens. Pas la pâle copie parisienne, les vrais ceux que seuls les élus pourront partager avec les dieux. La pizza a tellement été emportée vers les nues qu’elle a rempli le saladier dans lequel je l’avais préparée. Vous savez Vivaldi, ça pétille, ça envahit, ça inonde. Là, c’est Hercule qui accomplit son 9e exploit, l’épée de la reine des amazones. Il y va avec sa cohorte de héros. Ils prennent d’assaut le territoire. Ici, la pâte à pizza gonfle comme un diodon qui veut en imposer à ses prédateurs. Mais, comme aux castrats de l’époque, il manque un peu de substance à la pâte. Dès que je plonge les mains, la pâte se rétracte, se recroqueville, se pelotonne dans un coin du saladier rond. Qu’importe, j’y vais franco. La pâte essaie de m’enivrer de ses vapeurs délétères. Les amazones contre-attaquent et font un prisonnier. La pâte essaie de me menotter, un peu de farine et je me libère. J’obtiens une boule souple et élastique. Quelques passes de mains, sans l’infamant rouleau, et voilà prêt le champ de Mars, la vallée fertile où pousseront bientôt oignons, tomates, épices et jambon, dans l’expectative de  l’acier. L’opéra se termine par un mariage, les élus s’unissent. La divine pâte s’élève et fusionne dans un carrousel de parfums aux saveurs de la terre.

C’est bien joli la poésie, mais que vient faire le « 2-5 » dans tout ça? Non, il ne s’agit pas des points gagnés par la pizza sur le pizzaiolo d’opérette… Il s’agit de la recette, c’est comme le quatre-quarts, mais mieux :

  • 2,5 c-à-s de levure
  • 25 cl d’eau, 25 secondes dans le micro-onde
  • attendre 25 minutes
  • 250 g de farine
  • pétrir 2 1/2 minutes
  • ajouter 2,5 c-à-s d’huile
  • pétrir 2 1/2 minutes
  • laisser reposer 25 minutes
  • cuire 25 minutes à 250°

À table!

Vous pouvez écouter la “symphonie” d’ouverture de “Ercole sul Termodonte“.

>>>> recette

 

Risotto citron et crevettes

En ce moment, je suis dans ma période Chopin et Martha Argerich. Avant j’étais Bach, le Clavier bien tempéré et, la géographie aidant, Glenn Gould. Il ne vous a pas échappé que le principe commun est le monologue pianistique. De temps en temps, une variation orchestrale, une envolée accompagnée. Le piano reste le centre, mais n’apparaît qu’au débouché d’une clairière, jalonne son chemin et s’envole au besoin.
Ce soir, c’est ce que je voulais, une note soutenue, le printemps n’est pas encore là, pas vraiment, mais il est temps de renouer avec la fraîcheur des goûts.
Pour faire plaisir à tout le monde, du riz, de l’arborio, grains ronds, saveur souple et croquante. Pour les protéines, des crevettes. Des crevettes du Québec, s’il vous plaît. Des crevettes de Matane! De vraies crevettes avec du goût. Et pour la note soutenue, du citron. Je n’ai pas pris des oignons pour ne pas tuer le citron, mais des échalotes, j’ai mis un peu de persil en flocons, mais il manquait quelque chose quand même. Du frais, encore du frais. De l’éclatant. Les pizzicati du palais. Plonger dans le piano et frapper les cordes directement.
C’était plus du Bach que du Chopin: près du piano, mouvements limités, polyphonie forte, romantisme langoureux, du Gould assurément; moi je voulais du Chopin, je voulais L’Étude en Ut mineur opus 10 n°12, je voulais le Bombardement de Varsovie, l’étude révolutionnaire!(*)
Elles ont aimé, c’est le principal.
À table!

Pour ceux qui n’auraient pas goûté tous les détails de mon propos, l’étude de Chopin Opus 10 N°12, appelé ” Révolutionnaire” ou “Bombardement de Varsovie”, a la particularité d’avoir une main gauche qui joue une mélodie beaucoup plus évoluée que le soutien qui lui est habituellement dévolu. On peut le voir et l’entendre sur cette vidéo.

Lasagnes à la coriandre

 

Lasagnes à la coriandre

Aujourd’hui, nous n’étions pas très pressés, et c’est samedi, alors nous avons mangé tard.

J’ai fait des lasagnes, mais je n’étais pas très riche en légumes. Alors comme il me restait un bouquet de coriandre que j’avais acheté pour mettre dans mon couscous de la semaine dernière, j’ai décidé d’essayer une nouvelle saveur.

Donc 4 oignons, un poivron vert, de la viande et une courgette. D’habitude, je fais trois couches de pâtes: trois au fond du plat, trois au milieu et trois sur le dessus. Dernièrement, j’ai ajouté une sur le bord de chaque côté parce que cela fait plus de pâtes croquantes. Cette fois-ci, j’ai ajouté une couche de pâtes supplémentaire pour avoir plus à manger !

 

Sur le dessus, je mets un peu de crème et je couvre de parmesan.

En tout cas, la coriandre fraîche ça donne vraiment un petit goût fin et léger.

À table!